Vous êtes nombreux à nous solliciter pour les difficultés en orthographe de vos enfants. "Ses dictées sont truffées de fautes d'orthographe." "Il a beau se relire, il ne trouve pas ses fautes." "Elle connaît ses règles par coeur mais une fois devant sa feuille, elle ne sait pas les appliquer. Elle ne fait pas le lien entre la leçon qu'elle apprend et son application concrète." 

C'est pourquoi, lorsque la directrice de l'école Sainte-Anne à Pougloumelen a eu vent de la méthode d'Anne-Marie Gaignard, auteur de Hugo et les rois être et avoir, elle a décidé d'offrir le meilleur à tous ces élèves de CM2. Ni une, ni deux, elle m'a écrit un mail intitulé "Demande particulière." Sa demande : aider chacun de ses 13 élèves à renouer avec le plaisir des mots avant leur entrée en 6ème. Pari gagné pour cette directrice au grand coeur et avec des idées innovantes plein la besace.

Voilà ses élèves plongés dans le monde magique d'Hugo, un monde où l'orthographe est un jeu d'enfant, où ne se bat plus contre les mots invariables. Est-ce "encore", "ancore", "encor", "ancor" et j'en passe? Les mots invariables, de véritables casse-têtes pour les enfants qui ont une mémoire visuelle car ils ne parviennent pas à les voir. Essayez donc avec eux. Fermez les yeux et visualisez "cheval". Alors là, a priori, vous voyez un cheval, blanc ou noir, au galop ou tranquile dans un pré, mais un cheval. Maintenant, reprenons notre exemple. Fermez les yeux et essayez de visualiser "rien" "toujours", "jamais", "auparavant". Eh bien, vous ne voyez rien car ces mots invariables n'ont pas de représentation mentale associée. Pour les apprednre et les ancrer dans la mémoire, les formatrices d'Anne-Marie Gaignard apprennent à vos enfantsà se créer leurs propres images mentales pour ne plus jamais risquer de les oublier.

On continue. De la même façon, comment savoir si un nom féminin qui se termine par le son -é s'écrit -é ou -ée. Pour le savoir, il vous suffit de faire travailler votre mémoire kinesthésique et de vous demander si vous pouvez ou non toucher le mot en question. Allons-y. Mettez un petit "e" à l'extrémité de l'indexe de la main avec laquelle votre enfant écrit. Ce "e" va agir comme un tampon. Si on peut toucher le mot, comme la purée dans laquelle on peut plonger un doigt gourmand, alors le "e" du bout du doigt se dépose délicatement en la touchant, au bout du mot qui s'écrit dès lors -ée. En revanche, si on ne peut pas le toucher alors le doigt se referme gardant le "e" prisonnier. Le mot se termine alors par -é comme la liberté, la beauté, la pureté. Bien entendu, il y a des exceptions mais l'enfant acquiert un moyen simple de se souvenir de la règle de base.

Pendant douze heures, Katell, notre coach en orthographe certifiée aux méthodes d'Anne-Marie Gaignard, a accompagné les élèves de CM2 de l'école Sainte-Anne. Au bout des treize petits doigts des "é" qui se sont déposés tour à tour, des ponts qui ont été sautés pour déjouer les pièges des participes passés, des sacs à mots qui se sont remplis pour apprendre à tout jamais les mots difficiles qui refusaient jusqu'alors de rentrer dans la memoire des élèves. A travers leur écran, les élèves ont progressé on orthographe de façon ludique, à leur rythme, dans la joie et la bonne humeur.

Le Télégramme salue le partenariat fructueux noué entre l'école Sainte-Anne et Zeneduc pour promouvoir les pédgogies innovantes dans les écoles et nous l'en remercions. De notre côté, nous gardons un souvenir ému de cette expérience et remercions chaleureusement la directrice pour sa confiance.