login
NOUVEAUTE 🎉 Découvrez Les 10 secrets des parents dont les enfants réussissent.

Comment réussir ses études et son orientation?

Quel bonheur d'être au micro de Philippine Dolbeau sur Sqool TV pour parler parentalité, connaissance de soi et apprentissages réussis. Une très belle mise en lumière des 10 secrets des parents dont les enfants réussissent.

  1. Pourquoi avoir écrit ce livre ?
  2. Quel est le rôle des parents ?
  3. Le soutien scolaire est-il efficace ?
  4. Un accompagnement est-il forcément personnalisé ?
  5. Apprend-on assez aux enfants à apprendre ?
  6. Quelle est l’angoisse majeure des parents ?
  7. Parcoursup : un parcours ?

Pourquoi avoir écrit Les 10 secrets des parents dont les enfants réussissent ?

Depuis que j'ai fondé Zeneduc, en 2016, beaucoup de parents m'appellent, démunis. Au titre de leurs préoccupations, des enfants pas asse motivés, qui n'ont pas forcément un goût prononcé pour l'effort, qui ont du mal à se responsabiliser.

J’ai décidé d’écrire ce livre pour répondre à toutes leurs questions de parents et les accompagner pour une parentalité plus sereine.

Quel est le rôle des parents ?

Ce qu’il faut bien comprendre, avant tout, c’est qu’un enfant doit être bien dans sa peau pour réussir à l’école. Un enfant préoccupé n’a pas d’espace disponible pour les apprentissages dans son cerveau. Il est donc essentiel de mettre en place un cercle vertueux : je me sens bien dans ma peau, j’apprends efficacement, je réussis, je prends confiance en moi donc cela renforce mon bien-être.

A ce titre, le rôle des parents est de mettre en place une relation constructive avec leurs enfants, basée sur l’écoute et le respect mutuel. Je pense qu’il est essentiel de prendre le temps d’écouter sincèrement ses enfants. C’est certainement la meilleure façon de transmettre sans tenter pour autant de diriger.

Le soutien scolaire est-il efficace ?

Avant d’envisager du soutien scolaire, il me semble, encore une fois, important d’engager un dialogue avec son enfant pour explorer plusieurs pistes : a-t-il besoin d’aide pour apprendre à mieux s’organiser et planifier ses devoirs ? A-t-il besoin de comprendre comment fonctionne son cerveau pour ne plus confondre comprendre et apprendre ?

L’idée est de l’accompagner tout en le laissant gagner en autonomie.

Evidemment, s’il a des difficultés dans une matière particulière, on peut envisager d’avoir recours au soutien scolaire. Mais, encore une fois, pas au détriment de l’autonomie. J’ai l’habitude de dire que Zeneduc est un tremplin, pas une béquille ce qui est le risque du soutien scolaire classique. Pourquoi ? Parce que lorsqu’un enfant a un cours particulier sur une matière de la sixième à la terminale, le message subliminal qui lui est envoyé est « tu n’es pas capable ». Progressivement, il perd confiance en lui, attend son professeur particulier avant de se mettre au travail, partant du postulat que, seul, il ne sait pas faire.

Sortez de ce schéma et dites à votre enfant « J’ai toute confiance en toi. Je sais que tu es capable. Et on va essayer de réfléchir, ensemble, à comment tu pourrais t’y prendre pour réussir. »

Un accompagnement est-il forcément personnalisé ?

Evidemment, l’accompagnement personnalisé est l’idéal car nous n’avons pas tous les mêmes difficultés. Il s’agit de partir du jeune et de ses blocages spécifiques pour y apporter une réponse.

Par ailleurs, de nombreux blocages ne proviennent pas de la seule compréhension mais de freins et de croyances limitantes que l’enfant se met. Il s’agit alors de l’aider à en prendre conscience pour les lever. A ce titre, un accompagnement personnalisé me semble plus approprié.

Apprend-on assez aux enfants à apprendre ?

Définitivement non et c’est d’ailleurs, selon moi, le problème majeur. Les enfants engrangent beaucoup de savoir, ont beaucoup d’informations à retenir et pourtant, on ne leur a jamais donné de méthode pour apprendre à apprendre : pour collecter ce savoir, le trier, le segmenter, le mémoriser. On ne leur a jamais expliquer comment fonctionne leur cerveau ni fait tester des outils d’apprentissage pur qu’ils puissent déterminer ceux qui leur correspondent le mieux. C’est une vraie lacune à mon sens.

Quelle est l’angoisse majeure des parents ?

Je pense qu’il s’agit du décalage entre leur angoisse de parents au sujet de la réussite scolaire de leurs enfants, de leur orientation et l’enfance de leurs enfants qui est, par nature, souvent insouciante. Ils ont peur que leurs enfants ne saisissent pas les enjeux.

Justement, en parlant d’orientation, parlons de Parcoursup.

Parcoursup : un parcours selon vous ?

Pour que Parcoursup s’inscrive dans un parcours, comme son nom l’indique, il faut déjà avoir commencé à réfléchir, en amont, à qui on est et à ce que l’on a envie de faire de sa vie. La question de l’orientation est très complexe car l’on demande à des jeunes de 17 ans de savoir ce qu’ils ont envie de faire de leur vie alors qu’en réalité, savoir ce dont on a envie est le travail d’une vie entière.

J’encourage les jeunes à suivre, dès la troisième, des formations pour partir à la découverte d’eux-mêmes, de leurs forces, de leurs faiblesses, de leurs appétences pour pouvoir écrire leur propre histoire et découvrir le parcours de vie qui pourra les mener à l’épanouissement. Suivre de telles formations dès la fin du collège est le meilleur moyen de vivre Parcoursup sereinement.

Pour ne rien manquer de notre actualité, de nos conseils ou de nos articles dédiés à l'éducation et aux apprentissages de vos enfants, inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire. Tous les mercredis, à 14h, vous recevrez la Newsletter des parents.

Le nouveau livre de Zeneduc
Aidez votre enfant à libérer
son plein potentiel !
Présenté par: Sandrine
le 17 Novembre 2023
Partager sur: