login

« La grande singularité de la méthode Zeneduc est qu’elle se concentre sur les pratiques scolaires mais aussi sur la connaissance de soi. »

Mère de deux filles âgées de 19 et 15 ans, Carole B. travaille dans un fonds d’investissement en tant qu’office manager. Aujourd’hui, la mère de famille nous livre un témoignage sur quelques expériences scolaires qu’elle a vécues avec ses deux enfants.

« La grande singularité de la méthode Zeneduc est qu’elle se concentre sur les pratiques scolaires mais aussi sur la connaissance de soi. »

Mère de deux filles âgées de 19 et 15 ans, Carole B. travaille dans un fonds d’investissement en tant qu’office manager. Aujourd’hui, la mère de famille nous livre un témoignage sur quelques expériences scolaires qu’elle a vécues avec ses deux enfants. 

Carole B. : Un rapport un peu tendu. En tant que parent, nous n’avons pas toutes les méthodes adéquates. Nous souhaiterions que nos enfants apprennent plus vite, soient plus consciencieux, qu’ils ne procrastinent pas… Ce qui n’est pas souvent le cas. Je pense aussi que l’âge joue beaucoup. Il y a des âges plus maniables que d’autres. Arrivé à l’adolescence, tout se complique : si l’enfant n’est pas tout à fait motivé, cela devient très compliqué de comprendre ce qui ne va pas et de lui apporter notre aide. Selon mes filles, c’était toujours la faute des professeurs et jamais la leur. Cela finit par créer des tensions au sein de la famille. 

CB : Avec ma fille de 19 ans, ça s’est toujours bien passé. Aujourd’hui elle s’épanouit complètement dans ses études et tout va très bien. Pour ma fille de 15 ans, c’est une autre histoire. Cela peut très mal se passer et c’est un véritable problème. Je ne dirais pas qu’elle n’aime pas l’école car elle voit cela comme un réseau. En revanche, c’est avec l’apprentissage qu’elle est en guerre. A partir du moment où elle n’a pas pris le pli depuis toute petite, l’apprentissage devient une grande difficulté pour elle. Ma cadette ne sait pas comment bien apprendre, comment bien gérer son temps, comment travailler efficacement en autonomie. Parfois, elle ne fait pas ses devoirs bien qu’elle me fasse croire le contraire. Elle refuse l’aide que son père et moi sommes prêts à lui apporter. Nous avons tenté à plusieurs reprises de lui prendre un professeur particulier, mais aucun n’a été à la hauteur de ses attentes. Elle pense que le professeur n’explique pas bien, qu’il ne l’aide absolument pas à comprendre ses cours. Selon ses dires, le problème ne vient pas d’elle, mais toujours des autres.

CB : Oui, effectivement je pense que c’est également une problématique qui vient de l’école. Je pense que les profs ont un programme à tenir et n’ont pas le temps de se pencher cas par cas sur chaque élève et particulièrement ceux en difficulté scolaire. 

CB : Après avoir parcouru le livre, je pense que la méthode peut être satisfaisante. Selon moi, la grande singularité de la méthode Zeneduc est qu’elle se concentre avant tout sur les pratiques scolaires mais aussi sur la connaissance de soi. Elle est remplie de nombreux conseils permettant à l’enfant de faire attention à son corps, son esprit et à son bien-être personnel. Je pense que le fait de faire attention à soi facilite grandement les capacités d’apprentissage. C’est bien dommage que tout cela ne soit pas enseigné à l’école. 

CB : Ce qui me plaît dans cette méthode, c’est avant tout sa structure en trois parties. J’aime tout particulièrement le concept de devoir se comprendre soi-même. Ce livre me touche beaucoup étant donné qu’il parle de nutrition et d’amour de soi qui sont deux choses indispensables dans ma règle de vie. Comme je le dis à ma fille, c’est tellement important de s’aimer soi-même avant de pouvoir aimer les autres. Savoir se ressourcer et s’équilibrer permet d’avoir un cerveau beaucoup plus actif et performant. Je trouve que l’ensemble du livre est très bien fait. On lit, on apprend et on réalise les nombreux exercices pratiques. C’est vraiment très intéressant. 

CB : Oui et non parce que c’est un livre et que certains élèves sont réticents à la lecture. Donc ce qui est intéressant c’est qu’une personne le lise avec eux ou qu’un professeur puisse les encadrer tout en appliquant cette méthode. Ce serait bien que tous les professeurs de tous les niveaux soient formés à cette méthode. 

CB : Oui et non parce que ce genre de choix on peut l’avoir en ayant des expériences autour de soi, dans la famille ou les proches, les amis, les parents d’amis qui nous permettent de découvrir les différents métiers. Le livre peut en revanche permettre aux enfants de découvrir toutes les voies et tous les métiers qu’il a la possibilité de faire dans sa vie et dont ils n’avaient peut-être jusque-là jamais entendu parler car aucun exemple de certains d’entre eux dans leur entourage. 

Vous aussi vous souhaitez apprendre à vous connaître pour travailler plus efficacement et trouver votre voie ?

Le livre idéal pour Parcoursup
9 étapes pour mieux se connaître
et réussir ses études
Présenté par: Sandrine
le 08 Juin 2021
Partager sur: