login

Comment renforcer la confiance en soi chez nos enfants grâce aux accords toltèques?

Les quatre accords toltèques sont des préceptes simples pour parler d'humanisme à nos enfants pour leur permettre de prendre confiance en eux et de développer des relations sincères et harmonieuses avec les autres.

Comment renforcer la confiance en soi chez nos enfants grâce aux accords toltèques?
By Sandrine Dirani
Sommaire
Stage 'Atelier de philosophie'
Du 8 au 12 avril
Pour des groupes d'enfants de 8 à 12 ans

Les quatre accords toltèques sont des préceptes simples pour parler d'humanisme à nos enfants pour leur permettre de prendre confiance en eux et de développer des relations sincères et harmonieuses avec les autres. 

Créer un climat de confiance avec l'autre

Le premier accord toltèque : Avoir une parole positive car les mots peuvent faire aussi mal que les coups. Apprendre à dire ce que l'on pense avec sincérité mais sans heurter l'autre.

Pourquoi est-il important d'apprendre à son enfant à prendre l'autre en considération pour renforcer sa confiance en lui? La communication est un lien entre votre enfant et le monde. Ce qu'il projète au monde aura tendance à rejaillir sur lui. Or, encourager la parole bienveillante chez l'enfant va lui permettre de mettre en place une communication constructive et sereine avec autrui. Il s'agit de faire lui prendre conscience que les mots blessent. Ce que je dis et la façon dont je le dis peuvent avoir un impact significatif sur l'autre. Les mots peuvent rabaisser, humilier ou, au contraire, aider l'autre à se construire et à évoluer. Il ne s'agit, bien évidemment, pas de ne dire que des choses agréables et de taire toutes les vérités douloureuses. Il s'agit d'avoir en soi l'amour et la bienveillance nécessaires pour pouvoir accompagner plutôt qu'accabler, construire plutôt qu'anéantir en prenant le temps de trouver les bons mots et de les dire au bon moment. Alors seulement leur parole sera respectueuse d'autrui, de ses émotions, de ses failles et pourra, de ce fait, être entendue et mener à un échange apaisé et mutuellement attentionné.

Avoir confiance en son propre jugement

Le deuxième accord toltèque : Se protéger pour mettre à distance le jugement d'autrui. Ne pas y prêter une attention démesurée mais savoir accepter, néanmoins, les conseils et avis constructifs et bienveillants pour évoluer.

Le jugement des autres (entourage familial, camarades de classe, maîtresse, etc.) peut avoir un impact considérable sur la confiance en lui de votre enfant. C'est pourquoi il est essentiel de lui faire comprendre que ce que les autres disent ou pensent de nous leur appartient et n'est que le reflet de leur réalité, de leurs propres rêves, attentes, mais aussi de leurs angoisses ou de leurs failles. On ne peut pas empêcher les autres d'avoir un jugement sur nous mais on est libre d'accepter ce jugement comme vrai ou pas. Les jugements des autres nous parlent toujours plus d'eux que de nous. La preuve ? Il y a autant de jugements sur nous que de personnes qui nous connaissent car chacun a sa façon de percevoir les choses. Il faut donc encourager au maximum votre enfant à se forger sa propre opinion sur ce qu'il fait et qui il est, à avoir confiance en son propre jugement.

Ne pas laisser les suppositions gâcher la vie

Le troisième accord toltèque : Se méfier de nos jugements hâtifs et s'en tenir aux faits. Chercher à savoir plutôt que supposer.

Une chose est sûre, les suppositions gâchent la vie de nos enfants et sont souvent à l'origine de leur manque de confiance en eux. Ils ont l'impression que l'on préfère leur frère ou leur soeur, que leur meilleur ami leur fait la tête ou que la maîtresse a un petit chouchou. Toutes ces suppositions reposent sur des peurs. Il faut les encourager à sortir de ces suppositions et à avoir le courage d'interroger les choses, de poser des questions pour comprendre plutôt que d'interpréter au risque de mal interpréter. Leur apprendre à questionner et à communiquer clairement leurs émotions et leurs ressentis leur permettra d'éviter les malentendus et les non-dits et à sortir du cercle viscieux du manque de confiance en soi. Notre éducation doit les encourager à faire un travail sur l'expression de leurs émotions et de leurs besoins et être ainsi à même d'entendre ceux des autres. 

Saluer l'échec comme une étape vers la réussite

La quatrième accord toltèque : Toujours faire de son mieux en respectant ses émotions et ses aptitudes.

Pourquoi faire de son mieux est-il le meilleur conseil à donner à son enfant? Premièrement, parce que la plupart des enfants qui manquent de confiance en eux ont une peur panique de l'échec. Ils n'osent pas, ils se conditionnent par peur de mal faire, ont tendance à masquer leurs difficultés par une timidité ou une arrogance excessives, etc. Il faut impérativement les aider à surmonter ce manque de confiance en eux en redonnant ses lettres de noblesse à l'échec. 

Le discours que l'on peut tebir à son enfant pour l'aider à prendre confiance en lui est de lui dire que lorsque l'on a tout mis en oeuvre pour réussir et que l'on échoue, on ne peut pas avoir de regret, on a la conscience tranquille. Pour reprendre les mots de Churchill "Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal : c'est le courage de continuer qui compte."

Deuxièmement, cela vous permet d'avoir une discussion intéressante avec votre enfant sur les notions de réussite et d'échec en leur permettant de les relativiser. Or, plus votre enfant aura conscience que l'échec est acceptable, plus sa confiance en lui va grandir. L'échec n'est qu'une étape sur le chemin de la réussite. C'est une façon pour vous parents de lui dire qu'il faut qu'il adopte un regard bienveillant envers lui-même. Oui, faire de son mieux ne veut pas dire réussir à tous les coups. On a tous nos faiblesses, nos propres limites mais également des moments où on est plus ou moins en forme. Le nier, c'est nier notre humanité. S'y opposer, c'est se condamner à ne jamais être satisfait. Apprenons-leur le sens de l'effort mais pas au détriment d'une douceur envers eux-mêmes. Quand il leur sera permis d'essayer et d'échouer, de risquer et de perdre, de faire des erreurs et de se relever, ils développeront naturellement une confiance en eux solide et saine.

Voici une vidéo ludique et didactique qui vous aidera à aborder ces problématiques complexes avec des mots d'enfants : https://www.youtube.com/watch?v=9AmEbXcbPGE

Racontez-nous comment vos enfants ont réagi à cette vidéo...

Cet article vous a interessé ?
Présenté par: Sandrine
le 05 Septembre 2016
Partager sur: