login

Votre enfant est-il nul en maths ?

Selon les croyances populaires, il y aurait des enfants faits pour les mathématiques, qui auraient la fameuse « bosse des maths » et ceux qui, malheureusement seraient nés « nuls en mathématiques ». Inconcevable, d’après Michel Vigier, Président de l’association française de prévention de l’innumérisme et fondateur de la fameuse méthode des abaques. Pour lui, être nul en mathématiques, cela n’existe tout simplement pas !

Votre enfant est-il nul en maths ?
By Sandrine Dirani
Sommaire
Stage 'Atelier de philosophie'
Du 8 au 12 avril
Pour des groupes d'enfants de 8 à 12 ans

Être nul en maths, cela n'existe pas

Selon les croyances populaires, il y aurait des enfants faits pour les mathématiques, qui auraient la fameuse « bosse des maths » et ceux qui, malheureusement seraient nés « nuls en mathématiques ». Inconcevable, d’après Michel Vigier, Président de l’association française de prévention de l’innumérisme et fondateur de la fameuse méthode des abaques. Pour lui, être nul en mathématiques, cela n’existe tout simplement pas !

On ne naît pas bon en maths, on le devient en gravissant l’échelle des savoirs mathématiques maillon après maillon. Chaque brique de l’apprentissage des mathématiques est essentielle pour pouvoir envisager de poser solidement la brique suivante et avoir un socle de connaissances en maths suffisant pour poursuivre sereinement sa scolarité et réussir en mathématiques.

La numération : la première brique

Dans cette échelle des savoirs, la numération est la première brique. Sans acquisition solide de la numération, aucun apprentissage des mathématiques n’est possible. Et pourtant, ce maillon essentiel est souvent négligé car les parents ont tendance à confondre une numération maîtrisée avec la comptine numérique. Que votre enfant de quatre ans sache compter jusqu’à cent, c’est bien mais pas mieux que s’il savait réciter une fable de La Fontaine. Cela indique qu’il a une bonne mémoire mais cela ne signifie en rien qu’il a compris la composition d’un nombre. Maîtriser la numération, c’est comprendre ce qu’est une unité, une dizaine, une centaine, un centième. C’est savoir décomposer les nombres, les manier avec aisance, comprendre les compléments à dix, etc. Pour reprendre les mots de Jean-François Beau, représentant de la méthode des abaques : « Il n’y a qu’une seule entrée : attention, si on rate l’entrée, c’est-à-dire une bonne compréhension de ce qu’est la numération, on ne pénètre jamais dans la maison des mathématiques. C’est donc dès le début, dès la grande section et le C.P. qu’il faut être attentif à la bonne mise en place des concepts mathématiques. »

Pour maîtriser la numération, un outil magique : le boulier

Pour parvenir à jouer avec les nombres, à les percevoir à la fois intellectuellement et visuellement, se les approprier, Michel Vigier a un outil magique : le boulier. Grâce au boulier, à ses couleurs, à ces boules qu’il faut manipuler, l’enfant travaille à la fois sa mémoire visuelle et kinesthésique pour une meilleure appréhension et un meilleur ancrage de la numération.

C’est pour accompagner votre enfant dans la maîtrise parfaite de cette notion mathématiques fondamentale que nous avons mis au point la formation Acquérir des bases solides en numération. En trois séances, d’une demi-heure chacune, un formateur certifié à la méthode des abaques, aidera votre enfant, grâce au boulier didactique, à comprendre et utiliser le système de numération décimal et à fixer les premières bases qui serviront pour le calcul mental et permettront d’aborder sereinement les additions et les soustractions.   

Cet article vous a interessé ?
Présenté par: Sandrine
le 19 Novembre 2018
Partager sur: