login
NOUVEAUTE 🎉 Découvrez Les 10 secrets des parents dont les enfants réussissent.

Responsabilisez votre enfant pour ses devoirs

Responsabiliser votre enfant pour ses devoirs est essentiel si vous voulez booster sa motivation intrinsèque et développer sa confiance en lui.

  1. Encouragez-le à se fixer des objectifs
  2. Aidez-le à organiser et à planifier son travail
  3. Apprenez-lui à apprendre
  4. Découvrez les outils d’apprentissage adaptés à son profil (et notamment TDA/H, HPI, dys)
  5. Encouragez-le à réfléchir

Responsabilisez votre enfant pour ses devoirs

Encouragez-le à se fixer des objectifs

Le cerveau humain est ainsi fait qu’il a besoin de comprendre pourquoi il a besoin de retenir telle ou telle information. Ainsi, si vous voulez que le cerveau de votre enfant imprime les notions, aidez-le à trouver du sens à ses apprentissages.

Ce sens peut être à long-terme. Il s’agit alors de la finalité des apprentissages : nos enfants apprennent pour réussir leur vie (à eux ensuite de déterminer ce qu’ils mettent derrière le mot réussite). Mais, il est difficile de les mettre en mouvement avec ce seul « pour quoi » qui leur paraît très lointain et, par conséquent, pas très concret.

Encouragez-le à se fixer des objectifs à court-terme pour gagner en motivation dans ses apprentissages. Pour être efficaces, ces objectifs doivent être S.M.A.R.T c’est-à-dire spécifiques, mesurables, ambitieux, réalistes et délimités dans le temps. Encouragez votre enfant à être le plus précis possible dans la définition de ces objectifs. Imaginons qu’il souhaite augmenter sa moyenne générale de deux points au trimestre prochain. Comment compte-t-il s’y prendre ? Demandez-lui de se fixer un objectif par matière sachant qu’il ne peut pas éparpiller son énergie partout. Aides-le à adopter des stratégies d’apprentissage efficaces. Il peut jouer sur les coefficients et mobiliser son énergie pour les trois matières qui ont un coefficient plus élevé ou bien, il peut choisir trois matières pour lesquelles il pense pouvoir rattraper plus facilement son retard ou bien il peut essayer de se remettre à niveau sur le socle des connaissances fondamentales (pour consolider ses acquis). Aidez-le à identifier la stratégie gagnante pour lui.

Ensuite, aidez-le à identifier les actions concrètes qu’il va mettre en place pour progresser dans les matières identifiées.

L’idée est de l’aider à se mettre en action et de se voir progresser, petit à petit. Cela va l’encourager, le motiver et renforcer sa confiance en soi. Privilégiez toujours la politique des petits et valorisez ses progrès plutôt que ses résultats. L’important est qu’il est pris conscience qu’il pouvait agir et que son action a un impact positif (même s’il n’est pas fulgurant).

Aidez-le à s’organiser et à planifier son travail

Pour l’aider à faire des objectifs fixés une réalité, encouragez-le à se créer deux plannings :

  • Un planning de révisions à court-terme sur lequel seront notés les incontournables (ses horaires de cours, ses activités extrascolaires), les plages de révisions (sans oublier les réactivations de la mémoire), les bols d’oxygène (les activités qui font du bien à votre enfant et lui permettent de se ressourcer).
  • Un planning de travail à long-terme sur lequel seront consignées des dates butoirs (dates d’examens blancs, d’examens, de remise d’un exposé, …) avec des points de passage nécessaires pour être prêt le jour J.

S’organiser ainsi lui permettra de d’anticiper et de bien planifier son travail en amont pour ancrer les apprentissages dans sa mémoire et être moins stressé par un travail de dernière minute en surface.

Apprenez-lui à apprendre

Pour apprendre efficacement, il doit percevoir la différence entre comprendre et apprendre. Beaucoup de jeunes se contentent de comprendre. Le soir, ils reprennent leurs notes, les lisent, comprennent et ferment leur classeur pensant qu’ils ont bien appris. Le jour de l’examen, ils ont une mauvaise note. Ils se rendent compte qu’ils n’arrivaient pas à retrouver les informations nécessaires pour répondre précisément aux questions posées. En comprenant leur leçon, ils ont mis les informations dans leur mémoire à court-terme alors que pour les ancrer dans la mémoire à long-terme il est nécessaire de réactiver plusieurs fois la mémoire (en moyenne, cinq fois).

Faire cet effort de mémorisation est essentiel pour ne pas accumuler de lacunes d’une année à l’autre.

Aidez-le à découvrir les méthodes et outils d’apprentissage adaptés à son profil (et notamment TDA/H, HPI, dys)

Encouragez-le à tester différentes méthodes et outils d’apprentissage pour déterminer ceux qui lui correspondent au mieux. Il n’y a pas de meilleurs outils d’apprentissage dans l’absolu, juste certains qui sont mieux adaptés à votre enfant et qui tiennent compte de ses spécificités éventuelles et notamment s’il présente un haut potentiel intellectuel (HPI), qu’il a un trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) ou qu’il est dys.

Que votre enfant présente ou non une spécificité, encouragez-le à tester la technique de la feuille blanche, les cartes mentales (ou Mind maps), le skechnoting, le QQOQCP, les flash cards, les podcasts, … autant d’outils qui lui permettront de faire travailler ses mémoires visuelle, auditive et kinesthésique. En effet, pour apprendre efficacement, une approche multi sensorielle des apprentissages est plus que recommandée.

Encouragez-le à réfléchir

Vous avez aidé votre enfant à mettre en place toutes ces méthodes et outils qui favorisent son autonomie face à ses devoirs et néanmoins, il vous sollicite sans cesse ? Effectivement, il y a beaucoup de petits malins qui tentent désespérément d’attirer notre attention pour que l’on finisse par s’asseoir à côté d’eux, voire à faire les devoirs à leur place.

C’est malin ! En revanche, cela va renforcer encore la motivation extrinsèque (toute cette énergie que vous mettez pour qu’il réussisse ses études) et non sa motivation intrinsèque (l’énergie qu’il devrait, lui, mobiliser pour être responsable de ses études et plus largement de sa vie).

Ainsi, s’il vient vous demander de l’aide après être resté à peine quelques minutes à son bureau, expliquez-lui qu’il doit d’abord prendre le temps de réfléchir avant de vous solliciter. Puis, dites-lui qu’il doit vous poser des questions précises. « Je n’ai rien compris » est donc à bannir : il doit au moins être capable d’identifier ce qu’il a compris et vous l’expliquer avec ses propres mots et là où il bloque précisément.

Pour ne rien manquer de notre actualité, de nos conseils ou de nos articles dédiés à l'éducation et aux apprentissages de vos enfants, inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire. Tous les mercredis, à 14h, vous recevrez la Newsletter des parents.

Le nouveau livre de Zeneduc
Aidez votre enfant à libérer
son plein potentiel !
Présenté par: Sandrine
le 27 Novembre 2023
Partager sur: