Votre enfant éprouve des difficultés à apprendre ses leçons. Tous les soirs, la même scène se reproduit. Vous êtes là, face à lui, pour lui faire réciter des leçons qu’il n’arrive pas à ancrer dans sa mémoire. Vous vous impatientez. Vous gesticulez comme si par votre agitation vous pouviez faire en sorte que les apprentissages rentrent enfin dans sa tête. Vous finissez par être désespéré(e) du manque de mémoire de votre enfant.

Et pourtant, s’il n’avait pas de problème de mémorisation mais qu’il ne savait simplement pas comment se servir de sa mémoire, comment l’exploiter au mieux.

Quel est le type de mémoire prédominant de votre enfant ?

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’il n’existe pas un seul type de mémoire uniforme. Nous possédons tous plusieurs types de mémoire. Nous avons, à la fois, une mémoire visuelle, axée sur la vision et sur les représentations mentales, une mémoire auditive basée sur ce que nous entendons, sur les voix, les sons et les intonations et une mémoire plus méconnue, la mémoire kinesthésique ou mémoire sensorielle basée sur les autres sens que la vue ou l’ouïe.

Si nous évoluons tous avec ces trois types de mémoire que nous utilisons de façon alternative ou concomitante en fonction des situations, la plupart d’entre nous possède une mémoire prédominante qui est différente selon les personnes. Pour la majorité de la population, c‘est la mémoire visuelle qui prédomine. En effet, 60% de la population a une dominante de mémoire visuelle. Ceci résulte notamment du fait que l’être humain donne une large priorité à la vision. Tel Saint Thomas, il ne croit que ce qu’il voit. 30 % de la population a, elle, une dominante auditive et seuls 10% ont une dominante kinesthésique.

Apprendre efficacement grâce à une meilleure connaissance de sa mémoire

Connaître son type de mémoire prédominant est essentiel pour faciliter les apprentissages. Très logiquement, on n’apprend pas de la même façon si on est visuel, auditif ou kinesthésique. Là où un enfant visuel aura tendance à faire des schémas pour apprendre ou à faire des fiches avec des couleurs, un enfant auditif aura tendance à apprendre avec un fond sonore et un kinesthésique pourra lui, apprendre en marchant, en tournant son stylo ou en se balançant. En ce sens contraindre son enfant à apprendre en étant assis bien droit sur son siège est un contre-sens. Il faut au contraire l’encourager à découvrir son type de mémoire prédominant pour lui donner les bons outils pour travailler sa mémoire au quotidien, lui permettre d’être plus efficace dans la réappropriation de ses connaissances et dans la fixation durable de son savoir et ainsi, le rassurer sur sa capacité de mémorisation.

6h pour apprendre à apprendre grâce à Anne-Marie Gaignard

C’est pour aider votre enfant à découvrir son type de mémoire et, de ce fait, à mieux apprendre qu’Anne-Marie Gaignard a mis au point la formation 6h pour apprendre à apprendre. Un questionnaire vous permettra de découvrir la mémoire qui domine chez votre enfant puis, grâce à une série d’exercices, il apprendra à solliciter ses différents types de mémorisation pour mieux s’adapter à la fois, à sa façon d’apprendre et au type d’apprentissage requis (poésie, schéma, carte ou cours à synthétiser, à analyser et à restituer à l’écrit comme à l’oral).