login

Comment accompagner mon enfant HPI ?

Votre enfant présente des signes de maturité hors norme pour son âge ? Vous suspectez un haut potentiel intellectuel ? Comment identifier le HPI et comprendre le fonctionnement de votre enfant pour en faire un atout ?

  1. Comment identifier un HPI ?
  2. Super, mon enfant est surdoué ?
  3. Comment faire du HPI un atout ?

Comment accompagner mon enfant HPI ?

Comment identifier un HPI ?

La première chose à savoir est que seuls des tests effectués par des spécialistes (échelle d’intelligence de Weschler), souvent des psychologues, permettent d’attester de façon certaine d’un haut potentiel intellectuel.

Néanmoins, cela ne vous empêche pas d’être à l’écoute des signes qui pourraient être annonciateurs d’un HPI. Par exemple, si vous décelez une réelle avance, chez votre enfant, au niveau du langage (et notamment du vocabulaire) et de la capacité réflexive, une hypersensibilité, une forte empathie, un sens de la justice très aigu, une grande curiosité intellectuelle, une créativité débordante, vous pouvez suspecter un HPI.

Vous avez un doute ? Ne vous précipitez pas sur les tests que l’on retrouve sur Internet, ils ne sont pas fiables. Contactez un spécialiste habilité à les faire passer mais surtout à les interpréter devant vous. Vous pourrez lui poser toutes vos questions et être ainsi rassuré.

Super, mon enfant est surdoué ?

Ce n’est pas aussi simple. La douance intellectuelle va parfois de pair avec des difficultés scolaires. Etonnant me direz-vous ? Pas forcément quand on sait que les enfants haut potentiel ont besoin de stimulation intellectuelle permanente. Or, dans le cadre d’une classe où un professeur doit gérer 35 enfants avec des niveaux disparates, il est difficile pour lui de les nourrir à la hauteur de leurs besoins.

Et que fait un enfant qui s’ennuie ? Dans le meilleur des cas, il décroche et s’évade dans son monde. Dans le pire, il perturbe le cours, voire devient dépressif. Et là, c’est le florilège des « rêveur », « turbulent », « ne cesse d’interrompre le cours avec ses questions », « insolent » qui commence.

Par ailleurs, la pensée en arborescence des enfants HPI ne les aide pas à rester concentrés. Chez eux, les pensées fusent. Cela part dans tous les sens dans leur tête et il leur est difficile d’arrêter ce flux incessant. Leur cerveau est en ébullition, passe d’une idée à une autre au risque de se retrouver parfois très loin de la thématique traitée en classe par le professeur.

Enfin, l’enfant HPI est plus enclin à être mis de côté par ses camarades. Il éprouve souvent plus de difficultés à tisser des liens et à s’adapter à son environnement.

Comment faire du HPI un atout ?

Aidez votre enfant à l’accepter et respecter ses besoins.

Aidez votre enfant HPI a comprendre son fonctionnement pour "l'apprivoiser". Les HPI ont une hypersensibilité sensitive. Les sons leur paraissent plus forts, les couleurs plus vives. Cette exacerbation de leurs sens est source de grande fatigue pour eux. Apprenez à votre enfant HPI à s’écouter pour repérer les moments où il a besoin de calme et à adapter son environnement à ses besoins spécifiques.

Par exemple, vous pouvez l’encourager à favoriser la lumière naturelle, à réduire la luminosité de ses écrans, à réduire le temps d’écran mais aussi à mettre des réducteurs de son quand il a besoin de se centrer, …

Aidez-le à gérer ses émotions et son hypersensibilité

Les émotions sont indispensables à notre fonctionnement et à notre pensée puisqu’elles sont porteuses de messages sur notre bien-être. Cependant, nos enfants ont du mal à les gérer sans accompagnement. La partie du cerveau qui permet de pouvoir effectuer une régulation émotionnelle est mature vers 25 ans.

Cette gestion des émotions est encore plus difficile pour un enfant HPI qui a souvent des émotions exacerbées, plus intenses et parfois plus longues. Pour bien le comprendre, il faut chercher à sortir de notre propre cadre de référence pour se mettre le temps d’un instant à sa place. Questionnez-le et essayez d’adopter son ressenti. Cela est parfois très difficile, car ses réactions vous paraissent totalement disproportionnées et pourtant il n’y peut rien. Essayez de discuter calmement avec lui : « De quoi as-tu besoin pour aller mieux ? Qu’attends-tu de moi ? Préfères-tu rester seul(e) ? » Ses émotions ne sont pas contre vous, soyez son allié(e) pour apprendre à les gérer.

Pour l’aider à retrouver le calme intérieur, vous pouvez l’initier à la méthode Vittoz. Pour cela, invitez-le à dessiner au crayon sur une feuille ou devant lui dans les airs avec son doigt le signe de l’infini (un « 8 » horizontal). Encouragez-le à reproduire ce symbole jusqu’à avoir atteint le calme.

Ramenez-le à l’instant présent

Comme nous l’avons vu, votre enfant HPI a tendance à laisser ses réflexions prendre le contrôle de son cerveau du fait de son cerveau en arborescence. Essayez de le ramener au moment présent. Rappelez-lui le sujet de la leçon que vous lui faisiez réviser, l’énoncé pour qu’il évite les hors sujets, le début de votre conversation. Forcez-le à revenir à l’ici et maintenant. C’est une gymnastique qu’il va devoir apprendre à son cerveau pour rester bien concentré, notamment dans le cadre de ses études.

Aidez-le à trouver du sens

Si votre enfant HPI ne trouve pas de sens à ses apprentissages, aucune chance qu’il soit motivé. Aidez-le à se poser la question du « pourquoi » de ses apprentissages et même du « pour quoi ? », pour quelle finalité. Cela augmentera son indice motivationnel.

Par ailleurs, essayez de comprendre quelle stratégie d’apprentissage est le plus adaptée pour lui, celle qui lui permettra de travailler plus efficacement pour ne pas risquer de se lasser. C’est essentiel pour l’enfant HPI qui peut avoir tendance à abandonner quand il commence à ne plus être stimulé intellectuellement.

Grand jeu concours Zeneduc
5 livres à gagner
du 23 août au 22 septembre
Présenté par: Sandrine
le 15 Septembre 2023
Partager sur: