login
NOUVEAUTE 🎉 Découvrez Les 10 secrets des parents dont les enfants réussissent.

Apprenez à solliciter votre mémoire kinesthésique

Dans cet article, vous allez découvrir comment solliciter notre mémoire kinesthésique.

  1. Qu’est-ce qu’une mémoire kinesthésique ?
  2. Soyez acteurs de vos apprentissages
  3. Passez de l’abstrait au concret
  4. Faites des liens émotionnels
  5. Donnez du sens à vos apprentissages
  6. Favorisez certaines méthodes et outils d’apprentissage
  7. Favorisez le mouvement

Apprenez à solliciter votre mémoire kinesthésique

D’abord largement mise en avant, l’idée selon laquelle nous serions « auditifs », « visuels » ou « kinesthésiques » est aujourd’hui reléguée au rang de neuromythe. Si nous pouvons avoir un point d’entrée privilégié dans les apprentissages avec des méthodes et outils qui nous correspondent mieux que d’autres, nous savons que l’approche multisensorielle est, de loin la plus efficace.

Qu’est-ce qu’une mémoire kinesthésique ?

La mémoire kinesthésique est la mémoire du corps qui s’alimente par le fait de faire : de toucher, de bouger, d’expérimenter. On dit que pour apprendre efficacement il faut pratiquer la théorie et théoriser la pratique. La mémoire kinesthésique pourrait être considérée comme la partie « pratique » des apprentissages qui permet de passer de l’abstrait au concret.

Pour solliciter cette mémoire kinesthésique, voici plusieurs conseils et pistes à explorer pour voir ce qui fonctionne bien pour vous.

Soyez acteurs de vos apprentissages

Pour cela ne vous contentez pas d’être passif en attendant que le savoir vienne à vous, soit en écoutant le professeur, soit en relisant simplement vos notes. Passez en « mode actif » :

  • En cours : participez, posez des questions, engagez-vous dans vos apprentissages.
  • Chez vous : fixez-vous des objectifs pour gagner en motivation et vous mettre en mouvement. Retenez bien ceci : le cerveau n’apprend pas s’il ne comprend pas l’utilité des apprentissages. Dites-lui pourquoi vous souhaitez qu’il retienne telle ou telle information.

Passez de l’abstrait au concret

Votre mémoire kinesthésique a besoin de concret. Le professeur aborde une notion théorique, demandez-lui des exemples concrets. En mathématiques, cela passera par un exercice d’application pour mettre en pratique. En sciences, cela se matérialisera par une expérience qui vous permettra de comprendre par l’expérimentation. Quelle que soit la matière, essayez d’ancrer le savoir dans la réalité.

Faites des liens émotionnels

Mettez de l’émotionnel dans vos apprentissages ! Avez-vous remarqué : quand vous aimez un professeur, vous finissez par aimer la matière qu’il enseigne. C’est la même chose pour les apprentissages : plus vous développerez un lien émotionnel avec vos apprentissages et plus vous ancrerez le savoir. Faites des liens avec votre vécu. Vous devez retenir les fleuves d’Europe ? Pensez aux voyages que vous avez faits. Revoyez les images. Vous devez apprendre un nouveau mot en anglais ? Faites le lien avec des chansons que vous connaissez et dans lesquelles vous l’avez déjà entendu.

Donnez du sens à vos apprentissages

Pour cela favorisez une compréhension profonde. Vous devez apprendre « Demain dès l’aube », intéressez-vous à la vie de Victor Hugo, comprenez qu’il écrit ce poème pour sa fille qui est morte noyée. Vous devez lire Le rouge et le Noir ? Essayez de comprendre le contexte historique : Napoléon, l’Empire pour l’inscrire dans une époque et lui donner toute sa puissance. Vous devez apprendre la Révolution française, comprenez le contexte géopolitique et découvrez comment elle a fait trembler les monarchies environnantes. Donnez du relief et du sens à ce que l’on vous demande d’apprendre par cœur. Soyez ouverts et curieux.

Favorisez certaines méthodes et outils d’apprentissage

Certains outils d’apprentissage favorisent la mémoire kinesthésique au premier titre desquels les cartes mentales ou Mind maps. En effet, les cartes mentales incluent du mouvement puisque les idées irradient grâce à des branches et des sous-branches. Par ailleurs, elles sollicitent l’émotion puisque l’on peut les agrémenter avec des couleurs que l’on aime et dessiner des pictogrammes qui ont du sens pour nous.

Vous pouvez aller encore plus loin en intégrant complètement le mouvement dans la stratégie d’apprentissage. Par exemple, vous pouvez vous balancer sur votre chaise, apprendre votre cours en marchant ou pratiquez la méthode des Loci qui associe des mots avec des lieux. Pour l’utiliser, vous devez vous créer un parcours dans un lieu et, à chaque étape de votre parcours, « déposer » mentalement un mot (ou une phrase).

Favorisez le mouvement

Le mouvement aide à rester concentré. Favorisez le mouvement en toute occasion : avant de vous mettre à travailler, en travaillant (comme nous l’avons vu précédemment) mais aussi lors de vos pauses d’oxygénation entre deux sessions de travail (méthode Pomodoro). C’est vrai pour tout le monde. C’est d’autant plus vrai si vous avez un trouble de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H). Auquel cas, vous pouvez aller encore plus loin dans le mouvement pour rester bien ancré dans la réalité. Pour cela les fidget toys sont idéaux. Vous sentez que votre attention décroche ? Prenez votre boule anti-stress et malaxez-la pour revenir sur terre !

Le nouveau livre de Zeneduc
Aidez votre enfant à libérer
son plein potentiel !
Présenté par: Sandrine
le 12 Octobre 2023
Partager sur: