Le stress : une réaction instinctive

Le stress est une réaction physiologique dictée par l'hypotalamus de notre cerveau pour nous prémunir efficacement face à un danger immédiat qui met en péril notre survie. C'est la partie la plus "animale et ancienne" de notre cerveau. Et pourtant, en y réfléchissant de plus près, bien peu de situations dans notre vie quotidienne nous mettent face à un danger de mort. Alors pourquoi sommes-nous si stressés?

L'origine de notre stress est très souvent interne, subjective et liée à nos croyances. En d'autres mots, si votre enfant travaille mal à l'école, cela ne compromet en rien sa survie. En revanche, cela met à mal l'image que vous vous faites d'une vie réussie. Vous stressez car vous projetez que son comportement va avoir un impact négatif sur son avenir et sur ses chances d'avoir un emploi enrichissant qui lui plaise. C'est votre appréhension qui donne vie à votre stress. Alors pourquoi ne pas faire un travail sur notre façon de penser pour que notre ressenti change et que nous parvenions à maîtriser notre stress?

Apprenez à identifier vos facteurs de stress

La première chose à comprendre, c'est que nous ne sommes pas tous égaux par rapport au stress : certains sont plus sujets à celui-ci, d'autres moins, certains le gèrent mieux et plus rapidement que d'autres mais surtout nous n'avons pas tous les mêmes sources de stress. Certains sont stressés par le bruit et la confusion, d'autres par le manque d'enthousiasme ou les situations de conflit, d'autres enfin par la solitude. Il y a autant de facteurs de stress, de stresseurs, que de personnes.

Les stresseurs sont des agents extérieurs et perturbateurs. Ils nous empêchent de vivre comme nous le souhaiterions et sont malheureusement illimités. Un même stresseur (un repas brûlé, un embouteillage, une maladie, etc.) aura un impact différent sur chacun d'entre nous en fonction de notre stressabilité par rapport à ce sujet. 

Ainsi le stress semble s'appréhender en une équation : niveau du stresseur x niveau de stressabilité. Prenons l'exemple du retard, si une personne totalement averse au retard n'est jamais en retard, elle ne sera pas stressée. De la même façon, une personne totalement sereine par rapport au retard qui accumule les retards aura un niveau de stress nul. Le problème survient quand une personne avec un niveau de stressabilité fort par rapport au retard est en retard. Alors son taux de stress augmente en fonction du nombre de ses retards.

Prenez du recul et respirez

Il serait tellement bon de pouvoir réduire les stresseurs et pourtant, nous savons bien que c'est illusoire. Le seul élément sur lequel nous ayons un réel impact est notre façon d'appréhender les choses pour maîtriser notre stressabilité. Il s'agit d'apprendre à moduler notre réactivité, à prendre du recul pour pouvoir reprendre le contrôle sur nous-mêmes et sur nos émotions.

Petit exercice pour s'entraîner à gérer ses émotions : marquer une pause et respirer en inspirant et expirant longuement et faire des exercices de relaxation et suivre la formation de gestion du stress Gérer son stress et ses émotions qui vous aidera, en six heures, à porter un nouveau régard sur votre stress et à changer de comportement face à celui-ci.